lundi 30 décembre 2019

Tokyo Vice - Jake Adelstein

En résumé.

Âgé de 24 ans, Jake ADELSTEIN, originaire du Missouri mais étudiant au Japon, est le premier "gaijin" - étranger - à faire ses débuts en tant que journaliste au sein du Yomiuri Shinbun, le premier quotidien du pays. Très vite, il est envoyé dans l'arrière-pays afin de couvrir des affaires de moeurs. Rien de palpitant pour un journaliste mais cela lui permet de se construire progressivement un réseau et surtout de nouer des relations étroites avec les services de police dont les informations sont précieuses pour pouvoir sortir des articles de qualité et espérer avoir la primauté de l'information sur les concurrents. Au fil des mois, des années, le jeune américain fait son trou dans ce milieu très dur où on ne compte pas les heures, pour finalement attérir à Tokyo. Sa carrière prend alors un véritable tournant puisqu'il est de plus en plus amené à se pencher sur le côté très sombre de la société nippone : yakuzas - la mafia japonaise - crimes, esclavagisme sexuel, corruption, extorsion de fonds, et j'en passe et des meilleures. Des enquêtes qui vont le prendre aux tripes, parfois au risque de perdre les siens et sa propre vie.

Mon avis.

J'ai découvert cette autobiographie/fiction/documentaire sur ce blog que je cite très souvent tant il est inspirant : Horizon des mots. Je ne suis pas une fan du Japon, ni de sa culture, mais je suis toujours intéressée par ce genre de récit à la croisée des genres, qui mêle faits réels et enquêtes policières. Ce mélange des styles est visiblement la marque de fabrique des éditions Marchialy, que j'ai découvertes à cette occasion et dont je ne manquerai pas de me procurer dans un futur proche un autre de leurs ouvrages tant le projet me plaît. Pour en revenir au sujet qui nous préoccupe, Tokyo Vice ne fut pas le coup de coeur que j'espérais, mais j'en ressors quand même satisfaite car j'en ai appris un peu plus sur cette société japonaise que je qualifierais d'ambivalente et parce qu'il s'agit d'un témoignage rare.

Tokyo Vice est une lecture dense à plusieurs égards : son nombre de pages (près de 500 pages), son rythme (les enquêtes se multiplient), son contenu (il est souvent question de crimes) et l'ambiance est oppressante, sans moment de répit. En même temps, il a dû être compliqué pour l'auteur de résumer ce travail de longue haleine et qui a duré une dizaine d'années en un récit qui ne dépasse pas les 500 pages. Même si j'ai toujours pu suivre les affaires qu'il narrait, je me suis souvent sentie un peu perdue, comme semée par quelqu'un qui marcherait trop vite, tant les informations à intégrer sont nombreuses. Entre le système législatif, les différentes strates de la police, les noms japonais de toutes les personnes qu'il rencontre et qui sont impliquées dans plusieurs affaires, je dois avouer que j'ai parfois lâché des bribes, surtout lorsque j'ai lu certains passages en pointillés. Je pense que c'est cet aspect-là du récit qui m'a le plus gêné, le fait de me noyer au milieu des faits et des dizaines de personnes qui sont évoquées, de ne pas comprendre tous les tenants et les aboutissants, de ne pas être bien repéré dans le temps et le déroulé de la vie de l'auteur.

De part le thème du livre, le côté "enquête policière" est présent, mais on ne perd jamais de vue qu'il s'agit avant tout d'un documentaire dont l'objectif est de nous donner une vision la plus exhaustive possible des dessous sombres du Japon. D'ailleurs, les éléments autobiographiques sont peu nombreux et surtout axés sur la vie professionnelle de Jake ADELSTEIN. Da sa vie privée, on ne sait presque rien, à part qu'il se met en couple avec une japonaise et qu'ils ont deux enfants. Ce peu d'informations sur lui, en tant qu'homme, et non en tant que journaliste, nous donne une image assez froide de ce personnage qui trempe dans un milieu lui-même très dur, même si ce qui le pousse à flirter avec la pire espèce est son obsession de justice et surtout de rendre justice à certains de ses amis qui ont été floués par les yakuzas. Je pense qu'il faut être un homme courageux et intelligent pour prendre autant de risques, manier la chèvre et le chou, les yakuzas d'un côté, les policiers de l'autre et aussi bien s'intégrer dans cette société aux moeurs particuliers mais la façon dont il se met en scène ne rend pas hommage à ces qualités indéniables, au contraire elle dresse de lui un portrait plutôt négatif. Cela va d'ailleurs avec l'ambiance du récit qui n'a rien de bien réjouissant. Je ne peux pas dire que j'ai été étonnée par ce qu'il raconte, maintenant que les travers de cette société sont de plus en plus évoqués ici et là. Le récit commence à dater (début des années 2000), et ce qui pouvait être original à l'époque ne l'est peut-être plus aujourd'hui. Espérons d'ailleurs que le système qu'il s'emploie à montrer du doigt a changé depuis.

En bref, une lecture que je conseille à toute personne qui aime ce style où fiction et réalité s'entremêlent. Bien que ce soit un récit très dense, parfois un peu compliqué à suivre, il n'en reste pas moins qu'il est riche en informations et qu'il tend vers une description exhaustive du côté peu connu de ce pays au charme souvent vanté. 
Dernières infos.

Tokyo Vice a été publié en 2016 aux éditions Marchialy et compte 475 pages.

Ma note.

mardi 24 décembre 2019

Défi lecture 2020

Bonjour à tous !


Il y a trois ans, je participais au Défi Lecture et atteignais le petit score de 41 livres/80. Trois ans ont passé sans que je n'ai le temps de retenter ma chance, jusqu'à cette année 2020. Depuis, nous sommes passés à 100 livres ! Espérons que mon score s'améliore. C'est toujours Les lectures du Chatpitre qui propose ce challenge sur Livraddict, mais il faut savoir qu'il est d'abord organisé sur Facebook. L'objectif est simple :  répondre à 100 consignes au fur et à mesure de nos lectures. Seuls les romans comptent et un livre ne valide qu'une consigne. Le défi se déroule entre le 1er Janvier 2020 et le 31 Décembre 2020. Voici les différents paliers à franchir :

10 --> Pêcheur du Dimanche 
20 --> Marin-pêcheur expérimenté 
30 --> Guetteur des eaux tumultueuses 
40 --> Plongeur aventurier 
50 --> Sirène audacieuse 
60 --> Sous-marinier océanique 
70 --> Dragon des mers du Nord 
80 --> Selkies vangeresse
90 --> Scaphandrier des hautes mers
100 --> Kraken du fond de la PAL

J'espère au moins atteindre le stade de la sirène audacieuse, mais rien n'est moins sûr...

Pour finir voici les différentes consignes !


19/100


1.    Un livre qui entre dans 3 catégories des années précédentes.
2.    Livre dont le titre ne comporte aucun mot.
3.    Livre ayant au minimum 1000 pages.
4.    Livre ayant une référence à un musée (réel ou fictif) > chronique.
5.    Livre qui a été censuré.
6.    Livre dont le personnage joue à un jeu vidéo.
7.    Livre que vous n'avez pas acheté.
8.    Livre dont le titre contient un titre social. > chronique
9.    Livre dont le titre contient l'un des points cardinaux.
10.     Livre dont la couverture ne contient aucune couleur (noir, blanc, gris ou sépia). > chronique
11.     Un livre mentionnant un film réel > chronique
12.     Lire un auteur scandinave.
13.     Livre où il y a plusieurs narrateurs > chronique
14.     Livre dans lequel il y a un mariage > chronique
15.     Livre contenant quelques illustrations > chronique
16.     Livre ayant été publié à titre posthume.
17.     Livre dont le titre contient un animal qui n'existe pas ou un personnage de conte de fée.
18.     Livre dont le titre contient une conjonction de coordination.
19.     Livre dont le titre contient le nom d'un objet de la maison.
20.     Livre dont la couverture comporte des ailes > chronique.
21.     Livre dans lequel le personnage principal a un changement de vie > chronique
22.     Livre d'un auteur québécois.
23.     Livre de votre PAL/liste d'envies ayant la plus belle couverture.
24.     Lire un Western ou ayant pour thème les amérindiens.
25.     Livre dont le titre contient une négation.
26.     Livre dont le titre contient l'un des éléments du tableau périodique des éléments.
27.     Lire un recueil de poésie.
28.     Livre dont la couverture contient un signe religieux.
29.     Livre dont la couverture représente un paysage urbain.
30.     Livre écrit par une femme (à lire durant le mois de Mars) > chronique
31.     Livre d'un auteur coréen.
32.     Livre dont le titre contient plus de 8 mots.
33.     Lire un roman historique.
34.     Livre dans lequel apparaît votre mois de naissance > chronique
35.     Livre dans lequel il y a une trahison.
36.     Livre parlant d'une catastrophe naturelle.
37.
     Joker.
38.     Coup de cœur.
39.     Lire un livre graphique.
40.     Livre dont le titre comporte un mot étranger.
41.     Livre dans lequel on retrouve le mot "vide".
42.     Livre dont le titre contient un nom de métier > chronique
43.     Lire un livre qui contient un lien avec les arts picturaux.
44.     Livre dont le titre comporte un nom de végétal.
45.    
Livre dont le titre comporte le nom d'un type d'habitation > chronique
46.    
Livre dont le titre comporte le nom d'une couleur.
47.    
Livre dont le titre comporte un verbe à l'infinitif.
48.    
Livre dont le titre comporte une unité de mesure.

49.     Livre dont la couverture contient une arme.
50.     Livre dont la couverture contient un instrument de musique.
51.     Livre qui a été adapté au cinéma ou à la télévision.
52.     Lire un livre dans lequel il est mentionné une chanson réelle > chronique
53.     Livre ayant pour thème le sport.
54.     Lire un livre ayant pour thème l'esclavage.
55.     Livre dont l'action se déroule au Moyen-Âge > chronique
56.    
Livre dont l'action se déroule au XIXème siècle > chronique
57.     Un livre ayant pour thème la différence et/ou le handicap.
58.     Livre dont la couverture contient un objet avec lequel on peut écrire.
59.     Lire une biographie ou une autobiographie.
60.     Livre dans lequel on apprend quelque chose.
61.     Livre dont l'auteur a moins de trente ans.
62.     Lire le dernier livre d'un auteur.
63.     Livre dont le nom de l'auteur comporte des initiales.
64.     Livre dans lequel l'un des personnages ou l'auteur a le même prénom que vous.
65.     Lire le livre d'un auteur inconnu pour vous.
66.     Livre de l'un de ces auteurs.
67.     Livre dont le héros a une addiction.
68.     Livre dont le héros a 12 ans ou moins.
69.     Livre dont le héros n'est pas humain.
70.     Livre avec un héros récurrent.
71.     Livre dont le héros est un agriculteur ou se déroulant dans le milieu rural.
72.     Livre dont les héros sont frères et/ou sœurs.
73.     Livre dont le personnage principal est médecin ou psychologue.
74.     Livre que vous avez lu hors de chez vous ou dans  un lieu insolite.
75.     Lire le livre d'un auteur avec lequel on aimerait bien flirter.
76.     Livre tiré d'une histoire vraie ou basée sur des faits réels > chronique
77.     Livre d'un auteur du pourtour méditerranéen (hors France).
78.     Lire une dystopie.
79.     Livre dont le titre contient le nom d'une gourmandise.
80.     Livre dont le résumé de la quatrième de couverture contient le nom d'une ville.

81.     Livre qui évoque le milieu ouvrier.
82.     Livre que vous avez dû lire pendant vos études. 
83.     Le plus gros livre de votre PAL (nombre de pages). 
84.     Livre qui contient une citation > chronique
85.     Livre qui fait partie d'une saga.
86.     Livre dont l'un des personnages a des problèmes de mémoire.
87.     Livre dont l'un des personnages alors que ce n'est pas son métier.
88.     Livre dont une scène se déroule à l'hôtel. 
90.     Livre ayant pour thème les relations mère/fille, mère/fils.
91.     Lire un livre sans histoire d'amour.
92.     Livre avec une femme sur la couverture.

93.     Lire un huit clos.
94.     Livre ayant reçu un prix prestigieux (Goncourt, Pullitzer, Nobel).
95.     Lire un nature-writing.
96.     Lire le plus vieux livre de votre PAL ou liste d'envies.
97.     Lire un livre publié durant la décennie de votre naissance > chronique
98.     Livre qui vous a déçu.
99.     Lire l'un des 100 livres qu'il faut avoir lu dans sa vie.
100.   Lire dont le titre contient le mot "livre". 

Le plus bel endroit du monde est ici - Francesc Miralles et Care Santos

En résumé.

Employée dans une compagnie d'assurances, la vie d'Iris n'a rien d'enthousiasmant. Pas d'ami, pas de compagnon, et ses parents qui viennent de mourir. Alors la jeune femme décide de mettre fin à ses jours. La voilà positionnée au bord d'une voie ferrée, prête à faire le grand saut, lorsque son œil est attiré par une enseigne de café qu'elle n'avait jamais remarquée jusqu'ici : Le plus bel endroit du monde est ici. Elle pousse la porte de ce lieu prometteur et plonge dans une ambiance magique et réconfortante. Après s'être assise à l'une des tables et avoir commandé une boisson chaude, un beau jeune homme, Lucas, la rejoint. Ensemble, et pendant six semaines, il vont refaire le monde et ce nouvel ami, dont Iris ne connaît que peu de choses, va l'aider à panser ses blessures et à aller de l'avant, avant de disparaître mystérieusement...

Mon avis.

Cela faisait très longtemps que j'avais envie de me plonger dans ce très court roman, dont j'avais entendu beaucoup parlé sur la toile. Toujours emprunté, j'ai fini par me le procurer il y a quelques semaines, alors que les arbres commençaient à perdre leurs feuilles. Une lecture idéale pour l'automne, accompagnée d'un thé aux saveurs réconfortantes ou d'un bon chocolat chaud, mais qui m'a laissée perplexe, tant cette lecture fut en décalage avec mes attentes.

Chose rare, il a fallu que je m'y prenne à trois fois pour commencer ce livre et pour entrer pleinement dans l'histoire. Invoquant d'abord ma fatigue qui m'empêchait de garder le fil de l'histoire, puis ma mémoire défaillante trop accaparée par les choses du quotidien, ou enfin un défaut d'imagination et de compréhension de ma part, j'ai finalement compris que ce qui me gênait dans les premières pages de ce livre était son côté surréaliste. Moi qui m'attendais à un roman feel-good des plus banals et bien ancré dans la réalité, je me suis retrouvé face à ce café et à ses personnages grotesques. Vraiment, j'ai eu beaucoup de difficultés à comprendre (moi et mon éternel besoin de TOUT comprendre) où voulaient en venir les auteurs. Ainsi, certains concepts, comme le psychanalyste de poche ou le fait que chaque table du café est dédiée à une "leçon de vie" (savoir pardonner, savourer l'instant présent...), m'ont paru complètement tirés par les cheveux.

Malgré ces déconvenues de premiers chapitres, j'ai tout de même choisi de poursuivre ma lecture. Heureusement que la deuxième partie du roman est uniquement consacrée à la vie d'Iris, puisque le café et tout ce qui va avec, a disparu. J'ai un plus apprécié cette nouvelle étape dans le récit, même si certains événements sont eux aussi tirés par les cheveux et amenés avec peu de délicatesse. Ainsi, Iris retrouve comme par magie son amour de jeunesse qu'elle avait perdu de vue depuis des dizaines d'années, son agent immobilier devient en quelques jours sa nouvelle meilleure amie, et j'en passe et des meilleures. Cette accumulation de clichés que l'on voit venir à des kilomètres avec leurs gros sabots, ainsi que des personnages plutôt plats m'ont empêchée de savourer pleinement cette histoire qui aurait pu être une bonne idée si elle n'avait pas autant trempée dans la guimauve. Je n'ai pas non plus adhéré à l'aspect développement personnel du livre, contrairement à beaucoup de lecteurs. Là aussi, j'y ai simplement trouvé une accumulation de poncifs que l'on a l'habitude d'entendre ou de lire dans toute émission ou magazine qui vend de la psychologie de comptoir.

En deux mots, j'ai le sentiment d'être passée à côté de ce roman qui a tout de même le mérite de se lire extrêmement vite, et de présenter quelques bonnes idées. Dommage qu'elles ne soient pas plus abouties pour éviter l'écueil de la niaiserie. Un autre point positif, l'immense et fabuleux artiste Léonard COHEN est cité dans les toutes premières pages avec sa chanson I'm your man (pas la meilleure, mais je suis quand même preneuse) !
Dernières infos.

Le plus endroit du monde est ici a été publié en 2010 et compte 197 pages.

Ma note.

samedi 16 novembre 2019

Tous tes enfants dispersés - Beata Umubyeyi Mairesse

En résumé.

Blanche, née d'une mère rwandaise et d'un père belge, fuit Butare, petite ville du Rwanda limitrophe du Burundi, en 1994, alors que le tristement célèbre génocide des Tutsi débute. Elle rejoint Bordeaux et y démarre une nouvelle vie : un nouveau travail, un mari puis un fils, Stokely. Depuis cette date fatidique, et à plusieurs reprises, elle revient sur ces terres qui l'ont vu naître, cotoyer les fleurs majestueuses des jaracandas et renouer avec le passé. Elle se confronte à sa mère, qui a vu le génocide de prés mais qui y a réchappé, par miracle, et à son frère Bosco, guerrier né qui a participé à la lutte contre les Hutu puis aux autres combats qui ont vu le jour par la suite au Zaïre. Reconstruire une histoire à trois, quand tout a volé en éclat, sa confiance en l'autre, son amour de l'autre, son identité, sa légitimité à occuper ces terres détruites jusqu'à la moëlle. Un travail de longue haleine où le petit Stokely, bien que né à des milliers de kilomètres de là, pourrait bien avoir un rôle à jouer...

Mon avis.

Après le fabuleux Avant que j'oublie d'Anne PAULY, voici une deuxième lecture issue de la rentrée littéraire 2019, tout aussi riche et puissante et que j'ai dévorée en quelques jours, saisie par l'émotion.

Du génocide rwandais, je ne connaissais presque rien. Bien sûr, j'en avais entendu parlé, plusieurs fois, comme tout le monde je pense. Mais de là à en connaître les tenants et les aboutissants... J'ai donc tourné les premières pages de ce livre sans aucun a priori, avec toute ma naïveté et prête à me laisser surprendre. On entre dans ce livre au même rythme que Blanche nous dévoile son histoire, c'est-à-dire avec une certaine lenteur portée par toute la pudeur nécessaire dans ces circonstances. Page après page, ce ne sont pas ces trois mois de génocide que nous découvrons, mais une histoire familiale, de la grand-mère de Blanche à son fils, ces années de colonisation belge, et l'impact que la vie à l'européenne a eu sur ceux qui n'avaient toujours connu que les vallées fertiles de ce pays enclavé dans l'Afrique des grands lacs. Pour retracer cette histoire familiale complexe, les voix se succèdent, celle de Blanche, bien sûr, rivée sur le visage assombrie de sa mère, puis celle d'Immaculata, la mère donc, entièrement préoccupée par Bosco, ce fils et ce frère abreuvé par toutes les horreurs de la guerre, et enfin celle de Stokely qui porte en lui l'espoir de la nouvelle génération. Trois générations donc qui portent un regard différent sur les faits, et toujours comme point de repère la plume délicate et poétique de l'auteur. Les mots sont à ce point précis qu'ils me donnent à penser que ce récit contient peut-être une part autobiographique puisque Beata UMUBYEYI MAIRESSE a elle-même fui le génocide rwandais en 1994.

Ces regards multiples portent en eux toute la richesse de cet écrit de haute voltige. Les problématiques soulevées sont nombreuses et tout aussi pertinentes les unes que les autres. Déjà, la question de l'identité, lorsqu'on est le fruit d'un métissage. A celà, s'ajoute le rôle de l'Histoire vécue et partagée. Si l'on n'a pas vécu de près le génocide, peut-on quand même se considérer comme rwandais ? Ce sont à ces questions que Blanche se heurte à chaque fois qu'elle rend visite aux siens, elle qui est partie, elle qui s'est absentée pendant de longues années alors que son frère et sa mère sont restés, eux, à vivre ce moment historique si tragique. A côté de cela, il y a tout le panel de sentiments que l'on éprouve et avec lesquels il faut avancer : la culpabilité de ne pas avoir été là, la légitimité de  se placer dans un pays ou dans l'autre, la peur pour les siens, la tristesse d'être séparé, la détresse devant ce passé si complexe. Par ailleurs, se pose également la question du rôle du père. Blanche et Bosco n'ont pas le même père, un qui a été choisi par Immaculata par opportunisme et par rancoeur, l'autre par amour et passion. Quoiqu'il en soit, deux pères absents et pourtant toujours présents dans le regard que porte la mère sur ses enfants. Et puis bien sûr, comment avancer dans la vie, en portant sur son dos cet héritage complexe, quoi transmettre à Stokely de ses origines, de la langue maternelle. Toutes ses questions sont abordées de façon subtile, sans qu'aucune réponse ne soit donnée, d'ailleurs il n'y en a pas, à part le temps, qui, seul, peut panser les blessures.

Un livre qui n'est absolument pas larmoyant, mais qui est fort, précis et pertinent. Une histoire humaine, de transmission entre diverses générations qui ont chacune leur fardeau à porter. Vraiment, je conseille ce livre à tous !
Dernières infos.

Tous tes enfants dispersés a été publié en 2019 aux éditions Autrement et compte 256 pages. Si vous souhaitez en savoir plus sur le génocide du Rwanda, vous trouverez pléthore d'informations sur la toile. Toutefois, je vous conseille particulièrement ces deux épisodes très bien faits du Dessous des cartes, un consacré au génocide, ici et l'autre à ce qu'est le Rwanda aujourd'hui, ici, ainsi que cet épisode d'Affaires sensibles sur France Inter, consacré lui aussi au génocide, ici.

Ma note.

dimanche 3 novembre 2019

Swap - Embarquement pour les vacances d'été

Bonjour à tous !

Je rédige aujourd'hui un article un peu spécial puisqu'il sera consacré au Swap - Embarquement pour les vacances d'été qui vient de s'achever ! Il était temps, alors que nous sommes bien installés dans les intempéries automnales... Cela faisait très longtemps que je n'avais pas participé à un swap, par manque de temps. Cet été, j'ai donc été tentée par ce thème proposé par Ellalecrivain sur Livraddict. (j'aime beaucoup les swaps sur les saisons). N'ayant pas de binôme, Fannyreads a été tirée au sort pour être ma correspondante. 

Voici quelques photos du déballage :

























Le colis devait contenir :
* Deux livres : Fannyreads et moi avons fait le choix d'envoyer un livre extrait de la WL de son binôme, et un autre livre que nous avions beaucoup aimé et que nous voulions faire découvrir à l'autre. Ainsi, Fannyreads m'a offert Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie GRIMALDI, qui figurait sur ma WL, et Jardins secrets de Helen WARNER, qu'elle a beaucoup aimé. J'ai hâte de découvrir ces deux livres que je me réserve pour l'été prochain. De mon côté, je lui ai envoyé Deux petits pas sur le sable mouillé d'Anne-Dauphine JULLIAND, qui venait de sa WL et L'île des oubliés de Victoria HISLOP, qui m'avait vraiment marqué.
* Deux gourmandises : Fannyreads m'a fait parvenir une boîte de thé vert parfumé à l'orange sanguine et au pamplemousse. Je l'ai déjà goûté et il est vraiment très bon ! En plus, la boîte est toute mignonne et je la garderai pour y ranger du thé que j'ai en vrac. Le colis était également parsemé de Chocobons. De mon côté, je lui ai envoyé une plaque de chocolat et une plaque de nougat, tout deux fabriqués non loin de chez moi. 
* Une carte postale représentant notre destination de voyage souhaitée : nous avons un peu contourné la règle et nous nous sommes envoyé une carte postale de l'endroit où nous sommes parties en vacances cet été.
* Deux marque-pages : Fannyreads m'a envoyé deux photos de son lieu de vacances et de sa ville, qu'elle a plastifiées, cela fera office de marque-page. De mon côté, je lui ai offert un marque-page que l'on peut clipser sur le livre avec un petit oiseau trop mignon, et deux autres petits marque-pages  magnétiques qui s'aimantent à travers les pages, ornés de petites fleurs toutes mignonnes elles aussi.
* Deux goodies : J'aurais dû recevoir une trousse mais je ne l'ai point trouvée dans le colis... Je n'ai donc pas eu de goodies. Pour ma part, j'ai envoyé à Fannyreads un savon et un gel douche aux senteurs estivales fabriqués dans une savonnerie artisanale non loin de chez moi. 

Voilà pour ce petit résumé swapesque. Je remercie Fannyreads pour ce colis, en espérant que le mien lui aura plu également. Et surtout, je remercie vivement Ellalecrivain pour l'organisation, je me doute à quel point ce doit être chronophage. 

A bientôt, je l'espère, pour d'autres swaps ! 

samedi 2 novembre 2019

Avant que j'oublie - Anne Pauly

En résumé.

Carrières-sous-Poissy - banlieue parisienne - sous un soleil automnal, le cœur d'Anne PAULY n'est plus à la fête, gelée par le deuil et les souvenirs. Elle vient de perdre son père, cet homme au double visage, homme alcoolique et brutal avec sa femme d'une part, amateur de poésie et collectionneur minutieux de piles usagées d'autre part. Anne PAULY part en pèlerinage émotionnel, sur les traces de ce père dont l'absence lui creuse une boule de chagrin dans sa gorge de femme épanouie. Après avoir affronter l'hôpital, il faut aller sur sa tombe, l'honorer une dernière fois puis rejoindre la vieille baraque, musée d'un quotidien de personne âgée, regorgeant d'objets à la fois insolites et banals, remplis de souvenirs douloureux. Trier les affaires, mettre sa tristesse de côté, faire preuve de courage face à un frère peu concerné par le départ du géniteur. Une tranche de vie, dans son côté sombre.

Mon avis.

Voici le premier roman, prometteur, d'une toute nouvelle écrivaine, Anne PAULY, sorti dans le cadre de la rentrée littéraire 2019. D'habitude, je ne participe pas à ces rentrées littéraires, par manque de temps pour choisir méticuleusement et patiemment les titres qu'il me plairait de découvrir, et puis par manque de budget car on le sait, les livres grand format, bien que revêtant un confort de lecture, coûtent cher. Cette année fait donc figure d'exception, grâce à mon amoureux, qui, dans le cadre de ses études, doit lire des romans de la rentrée littéraire. Je fais donc office de second dans ses lectures qui sont déjà sélectionnées (cela m'évite de faire des choix) et fournis par son école (pas de budget à prévoir donc). 

C'est donc avec beaucoup de joie, de plaisir mais aussi d'émotion que j'ai découvert Avant que j'oublie. Difficile d'écrire un énième roman sur le deuil, quand tant d'autres l'ont fait avant vous. Quoi dire de plus ? Quoi de dire de moins ? Quoi dire de différent ? Comment se démarquer pour frapper le lecteur ? Je pense que l'auteur ne s'est justement pas posée toutes ses questions, elle s'est juste contentée de nous livrer son propre deuil, sa façon à elle de vivre ce moment si particulier qu'est la perte d'un père, et c'est en ça que réside, à mon sens, la force de se livre. Une histoire écrite avec beaucoup d'humilité, de simplicité, qui va droit à l'essentiel et qui ne s'encombre pas de phrases larmoyantes ou déjà vues. Cette narration de scènes que chacun est amenée à vivre un jour, l'hôpital, la confrontation avec les pompes funèbres puis avec la maison, témoin de notre jeunesse perdue et de nos parents perdus, tout cela servi sous la plume d'une personne comme vous et moi, qui rend un dernier hommage, à travers cette écriture si précise et délicate, à ce père qui n'a pas fait l’unanimité de son vivant. Ce sont des mots de la fille au père, qui retracent un deuil mais aussi la vie d'un homme secret, aux multiples facettes, un homme qui n'avait rien d'extraordinaire, un homme fragile comme vous et moi. La mère, qui elle, a fait l'unanimité de son vivant n'est quasiment pas présente et c'est tant mieux, on se concentre sur l'essentiel, on se forge notre propre avis sur le héros de ces quelques pages.

De ces 138 pages, peu nombreuses mais ô combien percutantes, j'ai tout aimé. J'ai aimé le ton employé, oscillant entre mélancolie, tristesse, et humour lors de la narration de certaines scènes. J'ai aimé la simplicité des faits rapportés, me projetant lorsque je serai malheureusement à la place de la narratrice. J'ai aimé le portrait qu'elle dresse de son père, pas de blanc ou noir, juste un portrait plein de nuances et d'affection. J'ai aimé toute l'émotion que j'ai ressentie. Certains passages ont même déclenché quelques envies de larmes, même lorsque je rédige cet article. J'ai particulièrement été émue par la lettre de Juliette, amie amante du père, qui écrit et décrit à Anne la vraie personnalité de son père, une lettre, toujours simple mais gorgée d'une tendresse si pudique qu'elle nous décroche quelques soupirs accompagnés de larmes. Dans ces quelques pages, j'ai vu la fragilité humaine, qui vacille lorsque de tels événements nous frappent et qui se débarrasse enfin du patchwork social pour se laisser aller à des émotions primaires. 

Je crois que je ne peux pas être plus claire dans mes propos, je vous conseille vraiment ce premier roman d'Anne PAULY. Malgré ce thème du deuil, le livre n'est pas triste, mais plutôt émouvant et authentique. Et parfois, ça fait du bien de se plonger dans une certaine mélancolie, qui va de pair avec la saison automnale qui plus est !
Dernières infos.

Avant que j'oublie a été publié en 2019 aux éditions Verdier. Il compte 138 pages.

Ma note.