samedi 25 février 2017

Les gens dans l'enveloppe - Isabelle Monnin

Résumé.

L'auteur, Isabelle Monnin, achète sur Internet en 2012 un lot de photos à un brocanteur. Ces photos appartiennent toutes à une famille qui vit non loin du domicile de ses parents. Bouleversée par ces gens qui se trouvent là, devant elle, dans des situations de la vie quotidienne, elle décide de leur inventer une seconde vie, un roman à partir des photos. Et puis, ça ne lui suffit plus, elle veut savoir qui sont ces personnes et aimerait confronter la fiction à la réalité. Elle enquête et finit par retrouver les gens de l'enveloppe. Une lecture qui se fait donc en deux temps, le lecteur étant d'abord invité à lire le roman puis à suivre l'auteur sur les traces de son enquête.

Mon avis.

Je tiens tout d'abord à souligner l'originalité de l'intrigue. Je trouve passionnant de se pencher sur une famille lambda et d'en inventer la vie, les réussites et les déboires, la joie et le chagrin. J'apprécie vraiment ce point de départ et je suis convaincue que chaque vie, quoique banale, est un trésor à raconter. J'ai toujours voulu prendre en photo des gens dans la rue, au hasard, puis inventer leur vie, à quoi pensaient-ils au moment où je les ai photographiés ? J'ai finalement abandonné car je n'ai pas le don des écrivains. Mais en attendant, je suis ravie de tomber sur des livres comme ceux-là.

J'ai été particulièrement émue tout au long de ma lecture, que ce soit par le roman ou par l'enquête. Certaines photos sont inclues au milieu du livre. On peut tous s'identifier. En effet, certaines m'ont rappelé les miennes, quand je suis avec mes grands-parents ou en vacances, en short et T-shirt. Nous n'avons pas de mal à nous projeter dans la peau des gens dans l'enveloppe, ce qui rend le récit encore plus vraisemblable. 

Ce qui est également intéressant est que les héros changent selon les histoires. Dans la partie roman, l'attention est concentrée sur la fille et la mère alors que dans la deuxième partie, on voit que c'est le père qui a surtout souffert. Je trouve d'ailleurs que sa vie est particulièrement attendrissante. Le fait de comparer les deux parties du livre rajoute un petit quelque chose, une espèce de suspense. On a très envie de découvrir la vérité, de voir si les membres de cette famille étaient aussi tourmentés que ce que la fiction laisse présager. Et les coïncidences sont très nombreuses. Tout d'abord, au niveau de la localisation, puisque la famille est implantée à quelques kilomètres du lieu où l'auteur a vécu. Ensuite, elle s'est peu trompée dans les prénoms qu'elle a donnés à ses personnages imaginaires. Enfin, il y a quand même quelques points communs entre les deux histoires, même s'ils restent à la marge.

Malgré mon impression globalement très positive sur ce joli livre, j'ai deux petits bémols. Le premier est le style d'écriture de l'auteur. Il y a certains moments où j'ai trouvé que les phrases étaient un peu alambiquées dans le but de faire du style, un peu comme les chanteurs qui font des effets de voix alors qu'il n'y en a pas besoin. L'autre bémol et là, elle n'y est pour rien, c'est la profusion de personnages dans la partie enquête. Les prénoms se multiplient et je me suis vite sentie perdue entre les nombreux frères et sœurs des protagonistes.

D'un coup d’œil, les plus, les moins.

+ Une idée originale.
+ Une intrigue à laquelle le lecteur s'identifie sans problème, ce qui promet beaucoup d'émotions.
+ Le suspense créé par la comparaison entre les deux parties du livre.
+ Malgré les 400 pages, se lit très vite.

- Un style de lecture parfois un peu trop superficiel.
- La multiplicité des personnages dans la deuxième partie qui perd un peu le lecteur.

Dernières infos.

Les gens dans l'enveloppe a été publiée en 2015 et compte 432 pages.
Le livre est accompagné de chansons composées par Alex Beaupain. Pour le moment, je ne les ai pas encore écoutées donc je ne peux pas vous faire de retour...

Challenges.

Cette lecture m'a permis d'avancer dans ces challenges:
* Challenge ABC - Lettre M (2/26)
* Challenge des 100 romans en 2017 (5/100)
* Défi lecture 2017 - Consigne 77: Un livre qui se lit mais pas que (énigmes, liens Internet, etc...). Ici, on a accès aux photos mais aussi aux musiques d'Alex Beaupin. (5/80)

Ma note.

mercredi 22 février 2017

Throwback Thursday - Relecture

Bonjour à tous !

Le Throwback Thursday est un rendez-vous repris par Betty Rose Books sur son blog. Les consignes sont très simples: chaque Jeudi, nous devons proposer un livre en accord avec le thème que Betty Rose Books nous aura concocté. Le but est d'enrichir notre Wish List en découvrant le choix des autres Bloggeuses!

Je tiens à préciser que toutes les images liées au Throwback Thursday proviennent du blog de Betty Rose Books.
Cette semaine, le thème est Relecture ou si je devais relire un livre.

Pour l'occasion, voici le livre que j'ai choisi:

Harry Potter: tomes 1 à 7
J.K Rowling
Initialement, j'avais pensé au "Cirque des Rêves" d'Erin Morgenstern car je l'avais à peine refermé que j'avais déjà envie de le relire. Mais je vous l'ai présenté il n'y a pas si longtemps, alors essayons de varier les plaisirs! En ce moment, ce qui m'occupe est la relecture des sept tomes d'Harry Potter. Je les avais tous lus il y a bien longtemps, lorsque j'étais au lycée. Il y a deux ou trois mois, j'ai décidé de les relire non seulement pour me rappeler tous les détails qui deviennent bien nombreux et complexes à la fin de la saga mais aussi pour pouvoir partager mes avis ici, sur le blog. C'est donc une relecture de longue haleine. Pour le moment, j'ai relu les trois premiers tomes, je viens bientôt attaquer le quatrième. Je me laisse quelques autres lectures entre deux tomes pour faire durer le plaisir et pour ne pas être plongée dans le même univers pendant plusieurs semaines d'affilée (même si j'adore la magie de Poudlard).

Résumé: Est-il nécessaire de faire un résumé? Bon, allez, au cas où... Harry Potter est un jeune garçon recueilli par son oncle et sa tante après le décès de ses parents. Jusqu'à ses 11 ans, il vit un enfer auprès de ces hôtes qui le traitent comme un malpropre. Mais le jour de son onzième anniversaire, il commence à recevoir des lettres mystérieuses. Quelques jours après, un géant du nom de Hagrid vient l'enlever et lui révèle LE secret qui va changer sa vie: c'est un sorcier, ses parents étaient deux grands sorciers et ils sont morts lorsque celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom a essayé de les tuer. Seul Harry a survécu, ce qui fait de lui un héros dans le monde de la magie. Il intègre alors l'école de Poudlard et sera pendant sept tomes en duel avec le célèbre mage noir.

Mon avis: Peut-on avoir un avis négatif sur Harry Potter? Je pense que les raisons d'aimer cette saga sont très variées chez les lecteurs. Ce que j'aime le plus est l'ambiance, surtout présente dans les premiers tomes: la neige sur Poudlard, la grande salle décorée selon les événements, les petits détails qui font de l'école des sorciers un lieu si unique, les objets malicieux qui fonctionnent tout seuls chez les Weasley. Quand je débute ma lecture, je me sens ailleurs, dans un autre monde douillet malgré la menace qui pèse sur Harry et ses comparses. Ce que j'aime le moins est le côté sombre, la magie noire, les différentes créatures terrifiantes (Détraqueurs, Basilic), les guerres entre les deux clans (je ne comprends jamais qui est avec qui). Du coup, mes tomes préférés sont plutôt les premiers. J’apprécie un petit peu moins l'histoire à partir du cinquième tome. Mais je reste toujours admirative devant le talent de J.K Rowling à créer cet univers tellement détaillé, précis et qui n'a jamais lassé les lecteurs!

A la semaine prochaine avec le thème: Musique (si je trouve un livre car pour le moment aucune idée!)

Hikikomori, ces adolescents en retrait - Collectif

Résumé.

"Hikikomori" est le terme attribué aux jeunes ayant entre 14 et 25 ans qui ont décidé de se retirer de toute participation sociale depuis au moins six mois. Concrètement, ils ne voient plus ou très rarement leurs amis proches, ne vont plus à l'école ou ne travaillent pas, restant au domicile de leurs parents. Ce phénomène est apparu au Japon dans les années 90 mais de plus en plus de cas sont observés ailleurs dans le monde, et notamment en France. Les cas sont principalement masculins, et il n'y a pas de régularité: chaque hikikomori est unique et vit son retrait différemment des autres. Les causes sont multiples: relation à la mère particulière au Japon, crise économique qui ne garantit plus un travail sûr aux jeunes, une école sous pression, etc). Ce livre est un recueil d'articles de professionnels qui croisent au quotidien des Hikikomori. Les articles ont été compilés sous la direction de Maïa Fansten (sociologue), Cristina Figueiredo (anthropologue), Nancy Pionnié-Dax (pédopsychiatre) et Natacha Vellut (psychanalyste).

Mon avis.

J'ai découvert le phénomène Hikikomori tout récemment. Etant donné que je suis toujours intéressée par les comportements sociaux déviants (j'en cherche toujours les causes et les manifestations), j'ai voulu en savoir plus sur ces jeunes "retirants" (terme français). Je n'ai pas lu cet ouvrage avec des yeux d'experte mais avec des yeux de simple lectrice curieuse, désirant en apprendre un peu plus. Ne vous attendez donc pas à un avis très technique!

Justement, parlons technique! Certains articles sont difficiles d'accès pour un non-initié. Par exemple, je n'ai pas lu la préface qui était juste incompréhensible. Mais je vous rassure, d'autres articles sont tout à fait clairs et passionnants à lire. C'est d'autant plus intéressant que les intervenants viennent du Japon et de France, portant un éclairage différent sur l'analyse du sujet. Ce que j'en retiens est qu'il ne faut pas tomber dans le piège du "oh mais au Japon, ils sont tellement sous pression qu'il est normal qu'ils finissent pas se retirer hors du monde". Si seulement c'était aussi simple... Les situations sont à regarder avec différentes lunettes - les lunettes sociétales (les attentes de l'adolescent ne se retrouvent pas dans ce que lui offre la réalité), les lunettes du manque de travail qui implique chez les jeunes plus de précarité, les lunettes familiales qui révèlent que le cordon entre la mère et son fils est difficile à couper, que les pères sont souvent absents et que les fils restent à la maison pour protéger leur mère en quelque sorte ou encore les lunettes médicales qui montrent qu'une bonne partie des Hikikomori présentent des troubles d'un autre ordre (TED, Asperger léger).

En ce qui concerne la structure, l'essai est composé de 11 chapitres, soit 11 articles de professionnels aux angles d'attaque différents découpés en deux parties. La première aborde la difficile transition entre l'enfance/adolescence et l'entrée dans l'âge adulte. La deuxième raconte des cas, des histoires de jeunes Hikikomori et revient sur les causes du phénomène. J'ai trouvé ce deuxième temps plus agréable à lire, car plus étayé en témoignages et études de cas, même si c'est très difficile d'entrer en contact avec les jeunes en question puisque, par définition, ils s'enferment dans un silence à l'égard de toute personne étrangère au foyer. Finalement, j'aurais bien aimé que les deux parties soient inversées, c'est-à-dire d'abord commencer par des définitions, des présentations de cas pour ensuite analyser ce passage à l'âge adulte qui a du mal à se faire.

En résumé, je suis ressortie très satisfaite de cette lecture enrichissante!

D'un coup d’œil, les plus, les moins.

+ Une exploration très complète du phénomène Hikikomori.
+ Points de vue multiples (nationalités et professions différentes des intervenants).
+ Les études de cas qui enrichissent les démonstrations théoriques.

- Quelques articles peu compréhensibles pour des non-initiés.

Dernières infos.

Cet essai est paru en 2014 et compte 216 pages.

Si cela vous intéresse, voici d'autres sources sur ce thème:
* Je suis un hikikomori de Florence Aubry (livre)
* Hikikomori de Jeff Backhaus (livre)
* De l'autre côté de la porte (film)

Challenges.

Ce challenge me permet d'avancer dans ce challenge:
* Challenge les 100 romans en 2016 (4/100)
* Défi lecture 2017 - Consigne 57: Un livre qui aborde deux continents (au moins deux) (4/100). Ici, la situation des Hikikomori est décortiquée du point de vue japonais mais aussi français.

Ma note.

mercredi 15 février 2017

Throwback Thursday - Au grand air

Bonjour à tous !

Le Throwback Thursday est un rendez-vous repris par Betty Rose Books sur son blog. Les consignes sont très simples: chaque Jeudi, nous devons proposer un livre en accord avec le thème que Betty Rose Books nous aura concocté. Le but est d'enrichir notre Wish List en découvrant le choix des autres Bloggeuses!

Je tiens à préciser que toutes les images liées au Throwback Thursday proviennent du blog de Betty Rose Books.
Cette semaine, le thème est Au grand air.

Pour l'occasion, voici le livre que j'ai choisi:

Le vestibule des causes perdues
Manon Moreau
Cette semaine, pour ce thème très joliment illustré par Bettie Rose et qui respire le printemps, j'ai choisi de vous parler du "Vestibules des causes perdues" de Manon Moreau - quoi de mieux qu'une petite balade sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle, au grand air et avec des ampoules plein les pieds? Un livre qui n'est pas très connu (il aurait aussi pu rentrer dans la catégorie "Livre invisible") et que l'on m'a offert après une discussion sur ce fameux pèlerinage. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce thème, je vous conseille aussi Immortelle randonnée de Jean-Christophe Rufin.

Résumé: L'histoire de personnages réels aux horizons complètement différents qui vont se croiser sur la route jusqu'à Saint-Jacques de Compostelle. Chacun s'est engagé dans cet exercice périlleux pour des raisons variées mais tous vont être bouleversés par le chemin, les sacs lourds à porter, les longues heures de marche en tête en tête avec sa conscience, les routes qui montent et les refuges où l'on se raconte nos misères. Des amitiés vont naître et des parcours de vie vont être échangés à la lueur d'une bougie entre des pèlerins que rien ne prédestinait à se rencontrer.

Mon avis: J'étais un peu sceptique avant de commencer cette lecture. Je craignais les pages et les pages consacrées aux descriptions des paysages, des douleurs, de l'équipement, etc. Je ne suis malheureusement pas très sensible aux envolées lyriques sur les beautés d'un paysage que l'on peut parfois trouver dans certains livres. Je me disais, que peut-on bien raconter au sujet de ce pèlerinage, à part des détails techniques ? Encore une fois, mes préjugés ont disparu dès les premières pages. Le chemin de Compostelle est avant tout un exercice d'introspection: on ne l'emprunte pas par hasard. L'auteur parle de ces âmes fragiles, en quête de soi, avec beaucoup de bienveillance et d'humanité. Le titre résume à lui tout seul l'ambition du livre: montrer que le chemin est avant tout une thérapie, avant d'être une prouesse sportive. Je vous le conseille, sans hésitation.

A la semaine prochaine avec le thème: Relecture ou si je devais relire un livre.

dimanche 12 février 2017

Swap - Une romance en hiver

Bonsoir à tous !

Enfin, enfin, j'ai le temps de vous écrire ce petit compte-rendu du Swap - Une romance en hiver organisé par Vivi Potter sur Livraddict !

Comme le rappelle l'intitulé du swap, j'aurais dû venir vous en parler il y a un petit moment! On se dirige plutôt vers le printemps maintenant que vers l'hiver. Mais les différentes étapes (annonce des binômes, envoi des colis, écriture de l'article) ont pris plus de temps que prévu. Rien de très grave bien sûr, je garde les lectures envoyées par mon binôme Calyaa du blog La plume de Jennifer sous le coude pour la saison hivernale 2017/2018!

Voici ce que devait contenir le colis:
- Deux romances dont l'histoire se déroule en hiver
- Une surprise
- Un marque-page se rapprochant du thème
- Un mot pour votre binôme
- Des gourmandises

Première étape: Ouverture du colis

Deuxième étape: Après déballage....

Alors, j'ai eu le très grand plaisir de déballer:
1. Une charmante petite carte, dans les tons que j'adore.
2. Un marque-page juste sublime: un flocon de neige relié à un pompon bleu. Je ne le quitte plus depuis que je l'ai reçu!
3. Une bougie Yankee Candle qui sent vraiment trop bon. D'ailleurs elle avait parfumé tout le colis!
4. Des calissons! Il faut savoir que j'adore ça et que Calyaa ne le savait pas, elle a donc eu une excellente intuition. Ces petites douceurs étaient accompagnées d'une plaque de chocolat, qui a été dévorée entre les deux photos, comme vous pouvez le voir... (hum....hum.....)
5. En lecture, j'ai été très gâtée puisque j'ai eu:
- La fille de l'hiver de Eowyn IVEY
- Ceci n'est pas une comédie romantique de Julie GRÊDE
- L'île des oubliés de Victoria HISLOP

Je vais garder les deux premières lectures pour Noël prochain. Je trouve le choix de Calyaa très original et j'ai été ravie de les découvrir en déballant le papier cadeau. Il faut savoir que le dernier livre a été rajouté par Calyaa pour s'excuser du retard d'envoi du colis. J'ai trouvé que c'était une très délicate attention et je l'en remercie chaudement!

Une fois de plus, un très joli Swap qui m'a comblée! Un immense merci à Calyaa! Et une bonne soirée à vous!


Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban (t.3) - J.K Rowling

Résumé.

Les vacances estivales sont bien mouvementées pour notre jeune sorcier qui décide de s'enfuir de la maison de son oncle et sa tante, les Dursley, après une énième dispute. C'est alors que le Magicobus, un bus londonien un peu étrange, aux allures de maison, vient à sa rescousse et le conduit jusqu'à Londres où il passera ses derniers jours de repos avant d'entamer la troisième année à Poudlard. Une année qui commence sous haute surveillance puisque le grand meurtrier Sirius Black s'est échappé de la prison d'Azkaban, un lieu redoutable dans le monde des sorciers. Le ministère de la magie est à ses trousses, les détraqueurs aux pouvoirs maléfiques sont postés aux entrées de l'école et les sorties sont très encadrées. Harry, un peu malgré lui, va devoir se lancer à la poursuite de ce célèbre détenu. Cette quête lui réserve bien des surprises.

Mon avis.

J'étais restée sur une impression plutôt négative du troisième tome de la saga Harry Potter. Je crois surtout que je n'avais pas beaucoup aimé l'adaptation cinématographique qui m'avait semblé très sombre et très froide, un peu à l'image des détraqueurs. J'étais donc d'humeur un peu maussade quand j'ai achevé ma lecture du deuxième tome, consciente que le prochain qui m'attendait ne faisait pas parti de mes préférés.

Finalement j'ai plutôt été satisfaite de ma relecture.
Tout d'abord, elle m'a permise de me remémorer certains détails que j'avais mal compris ou oubliés. Il s'agit d'un tome charnier: les choses se mettent tout doucement en place, des personnages phares qui vont être présents tout au long de la saga sont introduits et on en sait plus sur le passé des parents de Harry. Le lexique est encore enfantin et certaines révélations sont difficilement amenées. Je pense en particulier au chapitre où le passé de Sirius Black est révélé aux Trois Balais, la taverne de Pré-au-lard à Rosmerta, la serveuse (?) alors qu'il y a beaucoup de monde et que Harry est caché sous une table. Ce n'est peut-être pas le lieu idéal pour de telles confidences... En dehors de ces indices du romans jeunesses, les situations commencent à se complexifier, on sent que Harry grandit avec le lecteur et avec les tomes successifs.

Ensuite, j'ai apprécié que les cent premières pages soient consacrées à l'avant Poudlard: les vacances chez les Dursley, l'arrivée à Londres, les préparatifs pour la rentrée, le chemin de Traverse et les retrouvailles entre les trois amis. Ce sont mes moments préférés dans les Harry Potter, pouvoir me glisser dans ce monde magique. On sort également un peu de notre routine vu que la troisième année est aussi synonyme de nouveaux cours et nouveaux professeurs.

Enfin, c'est le seul tome dans lequel on ne parle pas de Voldemort. Bien sûr, il est évoqué mais il ne figure pas au premier plan. Je trouve que ça fait un peu respirer l'intrigue qui est, dans les autres tomes, assez centrée sur son duel avec Harry.

A présent, je comprends mieux pourquoi il arrive dans le Top 3 des tomes préférés des aficionados de la série. En ce qui me concerne, je ne le hisserai pas dans le haut du panier car certains aspects continuent de ma laisser perplexe, notamment la fin avec le retourneur de temps dont je n'ai encore pas vraiment compris le fonctionnement. Mais je reste quand même sur un sentiment plus positif que lorsque j'ai commencé cette relecture. J'ai hâte de commencer le quatrième tome, Harry Potter et la coupe de feu, c'est un de mes favoris!

D'un coup d’œil, les plus, les moins.

+ Le tiers du livre est consacré à l'avant Poudlard.
+ De nouvelles classes et de nouveaux professeurs qui dynamisent l'intrigue.

- La complexification de l'intrigue (c'est là où je commence à être perdue dans les différents éléments).
- Certains épisodes un peu trop alambiqués (comme le retourneur de temps).

Dernières infos.

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban a été publié en 1999 et compte 444 pages.
Il a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 2004.

Challenge.

Cette lecture me permet d'avancer dans ces challenges:
1. Lire 100 romans en 2017 (3/100)
2. Défi lecture 2017 (3/80) avec la validation de la consigne 22 - un livre dans lequel il pleut. (Ici il pleut beaucoup et à plusieurs reprises, quand les élèves arrivent à Poudlard et en plein match de Quidditch)

Ma note.

samedi 4 février 2017

La voleuse de livres - Markus Zusak

Résumé.

Nous sommes en 1939 et Liesel est une petite fille lorsqu'elle croise pour la première fois la Mort, au cours du voyage qu'elle effectue avec sa maman et son frère pour rejoindre Molching où habite la famille qui va la recueillir. La Mort finira par croiser cette jeune fille encore deux fois en quelques années. Elle se souvient si bien de ces moments qu'elle décide de s'improviser narratrice de la vie de Liesel: son intégration dans sa nouvelle famille qui n'est pas avare de jurons mais qui joue aussi de l'accordéon, son amitié avec Rudy, la lecture dans le sous-sol avec son papa, le vol répété de livres chez le maire, Hitler et la guerre.

Mon avis.

Je ne compte plus les fois où j'ai vu ce livre sur la toile. Le thème me paraissait intéressant, bien que ce soit un énième livre sur la Seconde Guerre Mondiale. Je me suis donc décidée à l'emprunter en le voyant sur l'étagère de la bibliothèque.

Ce fut dans l'ensemble une jolie lecture avec une fin extrêmement touchante. Il faut dire qu'au bout de 500 pages, on a eu le temps de s'attacher aux personnages et surtout à la petite Liesel. Et puis même, c'est un sujet qui ne peut pas ne pas toucher le lecteur.

J'ai trouvé trois éléments particulièrement intéressants:

Le premier est le parti pris de faire de la Mort la narratrice. Elle possède un regard bienveillant et très humain, ce qui est un peu paradoxal au vu de ses fonctions. C'est avec un regard critique qu'elle analyse la guerre et les hommes. Il faut bien qu'elle aille récolter toutes ses âmes mortes au combat mais elle le fait avec une douceur et un soin tout particuliers, comme si ces âmes devaient entrer dans l'autre monde avec dignité et respect. Ce qui est aussi surprenant est qu'il n'y a pas vraiment de suspense dans l'intrigue, du moins c'est ce qu'elle nous fait croire car le lecteur est quand même désorienté quand il tourne la dernière page. Elle nous annonce de but en blanc que Liesel l'affrontera à trois reprises en quelques années, elle nous prévient aussi de ses vols, avant même qu'ils ne soient commis. D'ailleurs, elle le dit elle-même à un certain moment: à quoi ça sert de garder du suspense quand on sait déjà comment ça va finir ?
Le deuxième élément est que l'histoire traite d'une famille qui n'est pas juive et qui n'est pas directement menacée, du moins au début. Bien sûr, la question juive et la question des Justes sont évoquées mais avec parcimonie, et c'est ce que j'ai apprécié. Souvent, les bouquins ayant pour principal thème la Seconde Guerre Mondiale partent du point de vue d'un juif ou d'un Juste et j'ai aimé que ce ne soit pas le cas ici. Un peu d'originalité ne fait pas de mal!
Le troisième élément est la réflexion autour des mots: les mots possèdent un pouvoir ambivalent. Ils ont d'un côté sauvé Liesel. Les livres et les mots sont au fondement de ses diverses amitiés: le vol de livres est une des choses qui la lie à Rudy, c'est son papa qui lui a appris à lire, c'est à Max qu'elle raconte des histoires quand il est malade, c'est sa lecture de livres qui apaise les habitants et sa voisine en particulier pendant les bombardements. Mais les mots servent aussi à tuer: s'ils n'existaient pas, le Führer n'aurait pas eu autant de pouvoir. C'est une dualité qui est omniprésente au cours du livre.

Malgré ces points positifs, je n'ai pas été conquise, sans vraiment savoir pourquoi. Je me rends compte, depuis que j'ai commencé à chroniquer mes lectures, que c'est souvent le cas. Une histoire me plaît mais il me manque ce petit truc en plus qui va me faire plier les genoux devant l'auteur. Ici, j'ai parfois trouvé quelques longueurs, notamment quand Liesel apprend à lire et je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. C'est comme si je l'avais lue avec superficialité (alors que je ne lis jamais en diagonale), je ne me suis pas sentie évoluer aux côtés des personnages. Je suis donc bien embêtée pour recenser des points négatifs car objectivement il n'y en a pas. C'est juste moi qui n'ai pas totalement adhéré à ce que propose l'auteur.

D'un coup d’œil, les plus, les moins.

+ La narratrice qu'est la Mort qui apporte une autre dimension à l'histoire.
+ Le point de cette famille allemande sur le quotidien en période de guerre.
+ Le thème qui reste bien évidemment très touchant.
+ La réflexion autour du pouvoir des mots.

- Quelques longueurs à certains moments.

Dernières infos.

La voleuse de livres a été publié en 2005 pour la version originale et 2007 pour la version française. Le livre compte 527 pages (grand format), 632 pages (poche)

En raison de son succès, le livre a fait l'objet d'une adaptation cinématographie en 2013.

Ma note.
Challenges.

1. Challenge ABC 2017 - Lettre Z (1/26)
2. 100 romans en 2017 (2/100)
3. Défi lecture - consigne 37 Un livre avec un des éléments sur la couverture (eau, feu, terre) - ici le feu. (2/80)

vendredi 3 février 2017

Bilan - Janvier 2017

Bonjour à tous !

Le mois de Janvier est passé à toute vitesse. J'ai l'impression d'avoir éternué et de me retrouver en Février. Voici un petit résumé de l'activité livresque de ce premier mois de l'année...
Un petit mois de quatre lectures mais avec deux pavés...
1. Le cirque des rêves de Erin Morgenstern: très certainement ma plus belle lecture de ce mois. Un univers onirique décrit avec intelligence et avec suspense.
2. Lettre d'une inconnue (suivi de la Ruelle au Clair de Lune) de Stefan Zweig: mon premier écrit de Zweig: une vision très lyrique et sensible de la passion qui m'a donné envie de poursuivre ma découverte de l'auteur.
3. La voleuse de livres de Markus Zusak: un roman historique sur la Seconde Guerre Mondiale avec de thèmes plutôt intéressants dont le pouvoir des mots à cette période.
4. Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban de J.K Rowling: un troisième tome que j'ai redécouvert avec plaisir et l'ambiance Harry Potter, toujours aussi délicieuse.
Mon anniversaire ayant lieu en Janvier, j'ai été une fois de plus très gâtée. A cela il faut ajouter la réception du colis de Jennifer, ma binôme de swap pour le thème "Une romance en hiver". Noël avait déjà considérablement augmenté ma PAL et là elle a explosé avec ce mois de Janvier! Petite photo et descriptif...
1. L'île des oubliés de Victoria Hislop: j'en ai entendu beaucoup parler. Le sujet est original. Je suis curieuse de voir comment il va être traité. (swap)
2. Ceci n'est pas une comédie romantique de Julie Grêde: une romance qui a l'air toute mignonne, à réserver pour l'hiver 2017 bien au chaud. (swap)
3. La fille de l'hiver de Eowyn Ivey: un roman hivernal que je réserve également pour la fin d'année. J'ai hâte de découvrir ce livre que je ne connaissais pas vraiment avant le colis de Jennifer. (swap)
4. Les grandes idées tout simplement - Economistes: une collection que j'adore et qui donne de précieux repères dans tous les domaines. Je suis ravie d'avoir eu mon premier tome pour mon anniversaire.
5. Les gens de l'enveloppe de Isabelle Monnin et Alex Beaupain: la quatrième de couverture m'avait bien plu, je pense qu'il va beaucoup me plaire.
6. La route sombre de Ma Jian: un livre sur la politique de l'enfant unique en Chine qui promet d'être poignant.
7: Hikikomori, ces adolescents en retrait de Collectif: il ne figure pas sur la photo, je l'ai emprunté dernièrement à la bibliothèque. Un livre qui regroupe plusieurs articles d'ordre psychologique sur ces jeunes japonais qui ont décidé de se retirer du monde. Chronique à venir tout prochainement.
A présent, un petit point rapide sur l'activité du blog au cours du mois de Janvier.
En ce qui concerne les Throwback Thursday, j'ai participé aux thèmes suivants:

Je n'ai malheureusement pas pu beaucoup avancer sur mes quatre challenges:
2. Défi - liste de lectures 2017 (2 consignes/80)
Et maintenant, je vais vous présenter une chanson génialissime et pleine d'énergie pour attaquer ce mois de Février du bon pied. Elle s'appelle "Truth" et est magistralement interprétée par Faada Freddy et ses choristes, que j'ai eu la chance de voir en concert tout dernièrement! Très certainement une de mes chansons préférées!

mercredi 1 février 2017

Throwback Thursday - Un livre invisible

Bonjour à tous !

Le Throwback Thursday est un rendez-vous repris par Betty Rose Books sur son blog. Les consignes sont très simples: chaque Jeudi, nous devons proposer un livre en accord avec le thème que Betty Rose Books nous aura concocté. Le but est d'enrichir notre Wish List en découvrant le choix des autres Bloggeuses!

Je tiens à préciser que toutes les images liées au Throwback Thursday proviennent du blog de Betty Rose Books.
Cette semaine, le thème est Un livre invisible.

Pour l'occasion, voici le livre que j'ai choisi:

L'arrière-saison
Philippe Besson
J'avais plusieurs idées en tête pour cette semaine et puis je me suis finalement arrêtée sur ce tout petit livre qui se lit très vite. J'étais tombée dessus complètement par hasard à l'époque et depuis, je n'en ai jamais entendu parler, je ne l'ai jamais vu sur Livraddict ou sur la blogosphère. Avec ce choix, je tombe plutôt bien puisque la dernière production de l'auteur, "Arrête avec tes mensonges" vient juste de sortir et a reçu de très bonnes critiques. 

Résumé: Je dois vous avouer que j'ai lu ce livre il y a très longtemps, et donc je n'ai plus la moindre idée de l'intrigue. L'essentiel à retenir est que l'histoire (d'amour il me semble) est inspirée du célèbre tableau d'Edward Hopper "Les noctambules" (ou "Nighthawks"). L'auteur imagine la vie des personnages du tableau, ce qui les a amenés à être tous réunis dans ce bar, à cette heure avancée de la nuit.

Mon avis: Edward Hopper est l'un des hommes de ma vie. Ses tableaux fouillent dans l'âme humaine et en ressortent des émotions très intenses. Impossible de ne pas se sentir happée par les histoires qu'il raconte au travers de ses toiles. Du coup, j'étais plus que ravie en découvrant qu'une histoire avait été écrite sur ces personnages mystérieux. Je me souviens avoir bien aimé, c'était plutôt léger comme histoire et l'écriture était assez agréable. A relire d'urgence!