samedi 3 décembre 2016

Harry Potter à l'école des sorciers (t.1) - J.K Rowling

En résumé...   

Difficile d'écrire quelques lignes pour résumer ce premier tome, quand on mesure le succès magistral qu'a la saga Harry Potter à travers le monde. Mais je vais essayer...

Suite au décès de ses parents, Harry grandit chez son oncle, sa tante et son cousin qui sont tout bonnement des gens odieux. Ce malaise cache un secret: les parents de Harry, tout deux sorciers sont morts sous la baguette magique d'un mage noir aussi puissant que mal-intentionné. Harry est le seul à avoir survécu et garde de ce terrible événement une cicatrice sur son front. Tout cela, il va le découvrir à 11 ans, quand Poudlard, la fameuse école de sorciers lui envoie une lettre d'admission. Le voilà parti à la découverte d'un autre monde, fait de formules magiques, de créatures étranges, de professeurs aussi talentueux que bizarres et d'un sport qu'on appelle Quidditch. Quant au mage noir, on dit qu'il est mort. Mais on sait tous qu'il faut toujours se méfier de la rumeur...

Mon avis...

Les périodes automnales et hivernales sont pour moi le moment idéal pour relire cette saga Harry Potter que j'avais découverte il y a déjà quelques années (que le temps passe vite !). Je pense que les raisons d'aimer ces sept tomes peuvent être très différentes: on peut aimer l'aventure, le combat contre Voldemort (ou plutôt celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom) et l'héroïsme des protagonistes, la diversité des personnages (moldus, sorciers, créatures mi-homme mi-animales, etc), la magie (tout ce qui n'arriverait pas dans la vraie vie) et l'ambiance (Poudlard sous la neige, Halloween dans la grand salle, les plafonds emplis d'étoiles, les grands parcs verdoyants). C'est précisément ce dernier aspect que j'adore dans Harry Potter et c'est la raison pour laquelle ce premier tome est un de mes tomes favoris. C'est dans celui-ci que le décor est planté et que tout ce qui fait l'univers d'Harry Potter est décrit avec précision. Ces premiers tomes me font du bien et m'emmènent dans de véritables petits cocons, même si les dénouements restent toujours un peu sombres. Ce que j'ai aussi apprécié dans cette relecture est la redécouverte de détails qu'on a tendance à oublier au fur et à mesure que l'histoire avance. Les derniers tomes sont plus complexes et on finit par mettre de côté l'essence d'Harry Potter.

D'un coup d’œil, les plus, les moins...

+ L'ambiance dépaysante et scintillante
+ La précision des descriptions (des personnages, des lieux, des faits)
+ L'articulation des événements
+ L'originalité du tout

- Parfois, le côté trop parfait d'Harry m'agace un peu

Dernières infos...

Ce premier tome a été publié en 1998 (18 ans, incroyable! J'ai l'impression que c'était hier) et compte 302 pages.

Il a été porté à l'écran en 2001.

Nombreux sont les documents qui ont tenté d'analyser la saga. Je ne peux pas les recenser ici. Cependant, si je tombe par hasard sur des éléments qui pourraient être intéressants, je les noterai ici.
Pas plus tard que cet après-midi, je suis tombée sur un Hors-série de Philosophie Magazine dans les kiosques depuis le mois dernier (Octobre 2016) intitulé Harry Potter: à l'école des philosophes. Les philosophes qui participent se posent ce genre de questions: quelle est la différence entre un smartphone et une baguette magique? Pourquoi n'y a-t-il pas de philosophie à Poudlard?

Challenge...

challenge-des-100-livres-chez-bianca

Cette lecture rentre en compte pour le challenge Les 100 livres à lire au moins une fois organisé par Bianca du blog Des livres, des livres dont voici le lien.







Ma note...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire