dimanche 16 octobre 2016

La formule préférée du professeur - Yoko Ogawa


En résumé...

Une femme de ménage est envoyée chez celui qu'on nommera tout au long du livre le professeur (de mathématiques). Ce pauvre homme souffre d'amnésie - du moins il oublie tout au bout de 80 minutes - et est obligé d'épingler à sa veste tout un tas de pense-bête pour se tenir au courant de sa situation, dès que le décompte redémarre. Il n'en reste pas moins un féru des mathématiques. Rapidement la jeune femme se lie d'amitié avec lui et amène son fils, Root, sur son lieu de travail. Va alors se nouer une relation d'amitié indéfectible entre le vieil homme, le petit garçon et la maman. Une amitié où les nombres et les calculs ne sont jamais bien loin...

Mon avis...

La formule préférée du professeur m'a laissé une impression assez compliquée à définir. Il s'agit d'une lecture agréable mais je ne vais pas en garder un souvenir impérissable. Les faits sont plutôt bien narrés, même s'il n'y a pas de grands rebondissements. C'est sûr qu'il ne faut pas s'attendre à de l'action dans ce livre! C'est une belle relation qui unit les trois protagonistes mais elle ne m'a pas vraiment marquée. De même, certains passages qui ont trait au base-ball, plutôt longuement décrits, cassent le rythme et ont fini par m'ennuyer car je n'ai aucune connaissance dans ce sport! Sans pouvoir approfondir, je dirais que l'ambiance est très japonaise, très contemplative, les valeurs des personnages sont poussées à l'extrême. On ne connaît pas les prénoms des personnages principaux; ils sont seulement désignés par leur caractéristique. Même Root n'est qu'un surnom: "racine carré" (en anglais) parce qu'il porte toujours une casquette et que sa tête est plate. Ce détail n'est pas du tout dérangeant mais cela confère une dimension particulière à l'histoire. Du coup, un bilan plutôt "mouais bof" se dégage de ma lecture. Néanmoins, le point positif est qu'il n'y a pas tant de maths que ça. J'avais peur d'être interrompue toutes les deux pages par des formules complexes ou par des réflexions sur les nombres mais ce n'est pas le cas. Heureusement car j'aurais vite été perdue! En revanche ce qui est intéressant est que les chiffres sont décrits comme des œuvres d'art. On sent bien que ce sont les seuls amis du professeur et qu'ils en deviennent presque humains.

D'un coup d’œil, les plus, les moins...

+ Pas beaucoup de mathématiques
+ L’authenticité et les valeurs des personnages (solidarité, entraide, altruisme, tendresse)
+ La douceur et le calme émanant de l'histoire
+ La vision des chiffres (ce sont des amis et non des ennemis)

- Certains passages un peu trop longs et ennuyeux
- Manque d'un ou deux rebondissements supplémentaires

Dernières infos...

Ce livre a été publié en France en 2005 et compte 245 pages pour la version poche.

Ma note...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire