vendredi 15 décembre 2017

L'ami retrouvé - Fred Uhlman

En résumé.

Nous sommes en 1932 dans un lycée de Stuttgart. Hans, fils d'un médecin juif, est du genre discret à l'école, à tel point qu'il n'a pas d'ami et rêve dans son coin de celui qui pourrait lui offrir cette amitié qu'il idéalise, à la façon d'un poète romantique. Un beau jour, Conrad, un nouvel élève, fait son entrée dans la classe. Il est le descendant d'une famille allemande prestigieuse, de confession protestante. Immédiatement, Hans déploie des trésors d'imagination pour séduire cet ami potentiel. Ses efforts s'avèrent payant puisqu'une belle complicité naît rapidement entre ces deux jeunes hommes passionnés par les mêmes choses et aimant philosopher pendant de longues heures. Mais c'est aussi à cette période qu'Hitler gagne en popularité et insiste de plus en plus sur la nécessité de chasser les juifs hors du pays. Je vous laisse deviner la suite.

Mon avis.

Je l'ai enfin ma lettre U pour le challenge ABC! Je peux vous assurer que ça n'a pas été facile de trouver un roman dont le nom de l'auteur commence par un U, qui me plaise et qui ne soit pas trop long. Finalement, le hasard a bien fait les choses car il m'a permis de découvrir ce classique très très court et plutôt intéressant. Comme quoi, les challenges peuvent être une contrainte mais ils sont aussi l'occasion de mettre un pied hors de sa zone de confort et de rechercher des livres vers lesquels on ne se serait probablement jamais tourné.

Ce livre n'est pas autobiographique mais l'auteur s'est vraiment inspiré de sa propre vie pour mettre en scène le personnage de Hans. Il s'agit d'un jeune homme touchant et mature, à la philosophie remarquable. Je me suis reconnue dans plusieurs passages, lorsqu'il décrit (le texte est à la première personne) sa conception de l'amitié, à savoir une relation sans condition et exclusive, où l'on est prêt à tout offrir à l'autre. J'ai fait la connexion avec Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig dans laquelle l'auteur de la lettre fait part de son amour absolu et passionnel au destinataire qu'elle n'a croisé qu'à très peu de reprises. J'ai évolué sur ce terrain mais c'est toujours agréable de trouver des personnages de la littérature qui pense comme soi et qui mettent des mots sur nos propres ressentis. Hans finit par atteindre cette amitié au-delà des croyances religieuses et des positions sociales. Le ciment de leur relation est l'appétit inextinguible pour le savoir. Nous sommes donc dans quelque chose de très pur, de complètement idéalisé et intellectualisé. Cela prend une dimension supplémentaire lorsque l'idéologie nazie se fait ressentir jusque dans le lycée. Les émotions de Hans sont calqués sur ceux de son auteur, ce qui rend le récit encore plus réel.

Thèmes pertinents, identification facile aux personnages, suspense, contexte intéressant, tous les composants y sont pour qu'on ait envie de suivre l'histoire de Hans. C'est juste dommage que le livre soit si court. C'est comme un Paris-Lyon en avion: pas le temps de décoller qu'on a déjà atterri. Il ne m'a fallu que que deux ou trois heures pour lire ces quelques pages, ce qui ne m'a pas laissé le temps de m'approprier l'histoire et de m'y investir. Une fois la dernière page tournée, je ne me souvenais déjà plus des prénoms des protagonistes. Ce thème de l'amitié en temps de guerre aurait pu être développé plus longuement (et à mon avis, il y avait matière à), ce qui aurait donné une autre profondeur à l'intrigue. J'ai donc été déçue, me glissant dans la peau d'un petit enfant à qui on aurait promis un gros oeuf Kinder pour Pâques et qui se retrouve avec des petits oeufs en sucre pas bons.

Pour conclure, l'intérêt historique est là, tous les ingrédients pour faire une jolie histoire sont là mais le gâteau ne gonfle pas. Et on finit par se rabattre sur nos oeufs en sucre!

D'un coup d'oeil, les plus, les moins.

+ L'intérêt historique.
+ Le thème central: l'amitié en temps de guerre alors que les deux amis se positionnent dans des clans adverses.
+ Les deux personnages principaux sont touchants et leur définition de l'amitié est intéressante.

- La rapidité du livre qui ne laisse pas le temps de se projeter dans l'histoire.
- Et le manque de profondeur qui en découle.
- La profusion de termes allemands (noms, citations, etc) qui parfois nous perdent.

Dernières infos.

L'ami retrouvé a été publié en 1971 pour la version originale. Il compte un peu d'une centaine de pages. Il a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 1989.

Ma note.
Challenges.


ABC 2017 - Lettre U (23/26)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire