samedi 23 septembre 2017

Meurtre en Mésopotamie - Agatha Christie

En résumé.

Miss Leatheran, infirmière de son état, est recrutée par le Professeur Leidner, brillant archéologue, pour veiller sur la santé fragile de sa femme durant la durée des fouilles sur le site de Tell Yarimjah en Irak. Mrs Leidner n'est pas au plus haut de sa forme: elle est la cible de courriers anonymes depuis des années, elle est victime d' "hallucinations" selon les membres de l'équipe de fouilles et elle se dit souffrante. Mais finalement, on ne sait pas vraiment ce qui est à l'origine de ces accès de panique. Ou du moins, on fait semblant de rien savoir. L'ambiance tendue qui règne sur le camp atteint son paroxysme lorsque notre protagoniste est tuée. Heureusement, Hercule Poirot, en vacances dans le coin a vite fait de rappliquer et de se retrousser les manches, cette fois-ci accompagné dans ses opérations par la perspicace Miss Leatheran.

Mon avis.

Ayant achevé il y a peu la lecture du Crime de l'Orient-Express, je n'avais pas l'intention de me remettre de sitôt à une autre enquête servie par Agatha Christie. Et puis je suis tombée sur Meurtre en Mésopotamie lors d'un énième fouinage dans une boîte à livres d'un des parcs de ma ville. Et les vacances sont toujours un moment propice pour se plonger aux côtés d'Hercule Poirot, nos méninges doivent être en place et c'est mieux quand on se souvient de chaque fait.

Ce qui m'a frappé durant ma lecture et que je n'avais bêtement pas remarqué auparavant est que l'écriture d'Agatha Christie est toujours et uniquement centrée sur les faits. Ici, nous avons une narratrice un peu particulière puisque c'est Miss Leatheran qui est chargée de conter l'histoire. Au récit des dialogues entre les divers personnages, elle ajoute son point de vue. Pourtant, il n'y a  ici pas vraiment de plus-value à ce style narratif car on a surtout affaire à l'énumération des faits, rien que des faits. Peu de détails sur le travail archéologique en lui-même, peu de descriptions des paysages entourant le camp, peu de détails sur la façon de vivre à Tell Yarimjah, pas de risque de se tromper, on est bien dans une enquête policière. Cela ne me dérange pas dans le sens où on trouve ce qu'on est venu y chercher.

L'intrigue est plutôt bien menée. Finalement, la présence sur place de Miss Leatheran est très courte et pourtant son récit fait deux cent pages. Pages qui sont consacrées aux faits mais aussi aux réflexions de l'enquêteur à moustache. Pour autant, on ne s'ennuie pas, on en vient à suspecter chaque membre de l'équipe et les dernières trente pages sont un délice de suspense, habilement ménagé par Poirot. Encore une fois, notre Agatha a tout prévu et la révélation de l'assassin ou des assassins (moi aussi je ménage le suspense pour vous donner envie d'aller faire un tour en Irak à l'époque où ce n'était pas encore un champ de ruine!) est surprenante. Pour tout vous dire, j'avais de forts soupçons sur lui ou elle ou eux car on finit par connaître les codes mais j'ai quand même été étonnée parce que je refusais d'y croire. Dur dur quand on s'attache à un personnage et qu'on découvre qu'il est tout autre à la fin! En tout cas, c'est un dénouement plausible et réaliste.

Il a quand même fallu que je me perde dans les personnages. Ceux-ci sont décrits en tout début de livre, ainsi que le plan du camp, mais rien à faire, je ne parviens pas à me fabriquer des images mentales qui m'accompagneront tout au long de ma lecture. Je rencontre ce problème de façon régulière. Si ça ne pose pas de problème dans d'autres livres, ça devient embêtant pour un policier. Étant donné que la psychologie et les traits des personnages sont peu développés, il est difficile de dresser leur portrait robot et de le conserver. Dès que j'entame un Agatha Christie, il faudrait que je me munisse d'un crayon et d'un papier pour noter chaque détail en tout début de lecture.

Quoiqu'il en soit, un policier que je vous conseille si vous souhaitez pendant quelques heures jouer à un Cluedo littéraire!

D'un coup d'oeil, les plus, les moins.

+ Une intrigue bien menée et riche en rebondissements.
+ Le suspense est ménagé jusqu'à la fin.

- Dommage qu'il n'y ait pas davantage de détails sur l'expédition archéologique.

Dernières infos.

Meurtre en Mésopotamie appartient à la suite des policiers dans lesquels Hercule Poirot est présent. Il a été publié en 1936 pour la version originale et compte 224 pages. Agatha Christie est une source d'inspiration intarissable pour le cinéma. Cet opus fait l'objet d'une adaptation pour la série britannique Hercule Poirot.

Pour la petite anecdote, c'est en revenant de ce voyage en Irak/Syrie, qu'Hercule Poirot va être amené à résoudre le crime de l'Orient-Express.

Ma note.
Challenges.

Cette lecture me permet d'avancer dans ces challenges:
Défi lecture 2017 - Consigne 23: Un livre dont un des personnages est un docteur. (29/80)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire